Choisir son casque pour la piste

Sur piste, le casque est obligatoire et vital. Il existe une multitude de modèles parmi les dizaines de marques présentes sur le marché ; il est donc souvent difficile pour les néophytes de faire un choix.

Notre partenaire La Bécanerie, spécialiste de la pièce moto et de l’équipement motard par internet, vous prodigue aujourd’hui tous ses conseils pour bien choisir votre casque moto en fonction de votre budget, de vos besoins et des exigences des circuits.

Casque intégral obligatoire

Il est inutile de se présenter sur un circuit avec un casque jet ou modulable, vous seriez automatiquement refusé. Même s’ils n’exigent pas forcément un casque moto integral Araï à 900€, les organisateurs imposent tout de même certaines conditions :
Le casque doit être homologué aux normes en vigueur CE ou CE/DOT) et doit être en parfait état. Ils peuvent en effet annuler le roulage s’ils considèrent que le casque est endommagé.

Ce qu’il faut savoir

–          Calotte extérieure

Pour la calotte extérieure, on conseille généralement la fibre de carbone. C’est en effet un matériau de qualité supérieure rigide et extrêmement résistant. Le carbone est également réputé pour sa légèreté ; il permet donc de réduire le poids du casque, ce qui offre un meilleur équilibre et évite la fatigue des muscles cervicaux.

La fibre de verre, un peu plus lourde, est également un matériau qu’on retrouve fréquemment sur les circuits. Les brins spécialement développés pour ce type de casque lient les couches de façon plus rigide afin d’améliorer l’intégrité de la coque et la gestion de la force d’impact.

–          Calotte intérieure

La calotte intérieure joue un double rôle : elle renforce l’absorption du choc en cas de chute et assure l’isolation thermique et phonique du casque. À l’heure actuelle, la calotte EPS est ce qu’il se fait de mieux sur le marché. Elle absorbe progressivement l’énergie du choc à mesure que les cellules EPS situées dans la doublure sont comprimées et détruites les unes après les autres, ralentissant ainsi la puissance de l’impact.

Il existe différentes densités de calotte. Si celle-ci est trop élevée, la calotte sera trop dure et absorbera l’énergie du choc de façon mois uniforme. La densité moyenne et recommandée se situe entre 20 et 50 grammes / litres. Elle doit être plus élevée à l’avant (50) et à l’arrière (environ 40) et plus faible sur le sommet du casque (+/- 30 grammes).

–          L’intérieur du casque

L’aération et l’insonorisation sont également deux critères très important lorsqu’on roule sur circuit, pour le confort de pilotage, mais aussi pour la sécurité. Une bonne ventilation empêche en effet la formation de buée, ce qui est essentiel pour garder une bonne visibilité.

L’idéal est donc d’opter pour un casque pourvu de multiples aérations (frontales et centrales) et si possible d’un spoiler double lame à l’arrière qui régule l’afflux d’air et d’humidité au sein de la calotte. Certains casques possèdent des aérations ajustables, un petit plus recommandé.

–          L’aérodynamisme

L’aérodynamisme est évidemment un point crucial lorsqu’on roule sur piste. Il est défini par la forme du casque et de la visière. Les casques haut de gamme sont généralement testés en soufflerie pour minimiser au maximum la prise au vent. Les casques dits « aérodynamiques » se reconnaissent facilement par leur mentonnière en pointe et leur spoiler arrière qui leur confèrent des lignes très racées.

–          Le verrouillage du casque

Il est préférable d’opter pour une fermeture de la jugulaire par boucle double D. C’est en effet un système qui fait ses preuves depuis des années et qui est connu comme étant le plus fiable. C’est d’ailleurs le seul à être homologué pour les compétitions.

–          La taille du casque

Un casque moto, c’est comme un jean. Il faut se sentir un peu serré au départ et laisser les mousses s’adapter à sa morphologie. Les marques ne taillent pas de la même façon, il est donc  indispensable de se fier au guide des tailles de chaque marque.

Équivalences générales des tailles de casques :

  • 48cm : XXXXS
  • 50cm : XXXS
  • 51-52cm : XXS
  • 53-54cm : XD
  • 55-56cm : S
  • 57-58cm : M
  • 59-60cm : L
  • 61-62cm : XL
  • 63-64cm : 2XL
  • 65-66cm : 4XL

 Les marques spécialisées pour la piste

–          Araï

Les casques Araï sont pratiquement conçus à la main. Cette marque est la référence haut de gamme. Acheter un casque Arai un investissement qualitatif, mais attention, Araï ou pas, en cas de chute, on le change ! Les casques intégraux Araï démarrent généralement à 400€ et vont jusqu’à 8/900€

–          Shoei

La marque Shoei se dispute la première place avec Araï. Il s’agit également de produits d’une grande qualité, étudiés pour la compétition et dotés des meilleures technologies actuelles.

–          Scorpion

Choisie par Sébastien Charpentier, par plusieurs pilotes de Grand Prix et par le team First On Track, cette marque a réussi à s’imposer dans le cercle fermé des casques racing. Proposé à un prix très accessible, le casque haut de gamme Scorpion offre deux atouts exclusifs : une pompe qui permet d’ajuster le rembourrage du casque et une deuxième visière fumée.

–          Shark

La marque française s’est fait connaitre en équipant la grande majorité des pilotes français en Grand Prix et en Superbike. Les casques Shark sont souvent appréciés pour leur design et leur poids.

–           Schuberth

Les casques Schuberth sont moins typés « Racing » mais offrent une protection tout aussi efficace. Ils sont tous optimisés en termes d’aérodynamisme et d’insonorisation dans la soufflerie de la marque.

 

D’autres marques sont également adaptées à la piste. On peut ainsi rouler sur circuit avec un casque AGV, X-Lite, ou HJC.

 

Laisser une réponse